LOADING

Type to search

200 ans de tourisme avec Nicolás Antonio Fernández

Share

Aujourd’hui, 16 septembre 2.021, l’illustre écrivain d’Almuñécar, Don Antonio Nicolás Fernández, recevra au Parque del Majuelo du Conseil du tourisme d’Almuñécar et de La Herradura, à l’occasion de la  » Journée du tourisme « , le Prix du tourisme 2021, pour l’ensemble de sa carrière et surtout pour son dernier ouvrage récemment publié :  » Almuñécar y su turismo de antaño  » (Almuñécar et son tourisme d’antan).

De la part de Descubre Almuñécar, nous tenons à lui adresser nos félicitations, car nous savons pertinemment que si quelqu’un mérite ce prix, c’est bien Don Antonio Nicolás Fernández, pour le grand travail qu’il a réalisé dans la diffusion de l’histoire d’Almuñécar et de La Herradura, un travail qui témoigne d’une grande passion et d’un grand dévouement.

L’équipe de Descubre Almuñécar lui souhaite également beaucoup d’encouragements et de force pour poursuivre l’excellent travail qu’il accomplit depuis plus de 20 ans.

Nicolás Antonio Fernández, né à Almuñécar en 1962, est actuellement conservateur foncier et auteur de plusieurs études sur Almuñécar, dont les suivantes : Almuñécar ilustrada (1752-1808), publié en 2004 ; Manuel de Seijas Lozano. Tras las huellas de un liberal olvidado, de 2007 ; Federico García Lorca y el grupo de la revista gallo. La vanguardia literaria en la Granada de los años veinte (Federico García Lorca y el grupo de la revista gallo. L’avant-garde littéraire à Grenade dans les années 1920), 2012 ; El violinista en el balneario. Laurie Lee à Almuñécar (1935-1936) et bien d’autres encore.

Il a également participé à diverses conférences sur l’histoire du XIXe siècle et la guerre d’indépendance du royaume de Grenade, et est un expert de la vie et de l’œuvre du juriste Don Manuel de Seijas Lozano. Il a également collaboré à des expositions sur Enrique Mateos Almoguera, ami du poète international Federico García Lorca, et sur la revue et le groupe gallo pendant 2012 et 2013 dans la maison du poète à Fuente Vaqueros et Almuñécar.

Mais aujourd’hui, dans Discover Almuñécar, nous allons mettre en avant son dernier ouvrage, Almuñécar y su turismo de antaño (2.021). Il y fait une étude détaillée de l’origine et de l’évolution du tourisme à Almuñécar et La Herradura au cours des 200 dernières années. Merci à l’interview que l’auteur a accordée à ce média.

Quelle est l’origine du tourisme à Almuñécar et La Herradura ?

Selon les propres mots de Don Nicolás, l’origine du tourisme à Almuñécar et La Herradura remonte à près de 200 ans. S’étant établi au milieu du XIXe siècle avec un réseau d’auberges, d’hôtels et de vieux spas, en 1824, les médecins locaux recommandaient déjà les bains de soleil comme mesure thérapeutique.

Almuñécar a donc été une ville pionnière dans ce secteur, non seulement en Andalousie, comme l’auteur lui-même l’expliquera plus tard, mais dans toute l’Espagne.

Il convient également de souligner que de nombreuses personnalités ont profité des charmes de cette ville au cours des deux derniers siècles, notamment l’écrivain Pedro Antonio de Alarcón, qui était déjà un habitué d’Almuñécar dans les années 1960, et c’est ici qu’il a rencontré sa femme, ainsi que les visites de Niceto Alcalá Zamora, président de la Seconde République espagnole ; le guitariste Andrés Segovia, qui vivait à Marina del Este ; la famille d’Ángel Ganivet ; le musicien Manuel de Falla, et le poète international de Grenade, Federico García Lorca. En outre, un grand nombre de films ont été tournés à Almuñécar au début du XXe siècle, de sorte que de nombreux acteurs et musiciens célèbres sont passés par Almuñécar à l’aube du cinéma commercial en Espagne.

L’auteur souligne également qu’en 1891, les thermes de Neptuno sont devenus très populaires.

L’écrivain souligne également que, dans les premières décennies du XXe siècle, il y a eu jusqu’à quatre hôtels de luxe sur le Paseo del Altillo, puisqu’en 1914, l’hôtel La Marina a été inauguré, sept ans plus tard, en 1921, le célèbre hôtel Miramar a été ouvert au public, le troisième hôtel de luxe a ouvert ses portes en 1925, l’hôtel Palace, et dans les années 1930, le Balneario Mediterráneo.

À propos du nom Costa del Sol :

C’est une dénomination très discutée, et c’est un terme qui n’apparaît qu’à partir des années vingt du vingtième siècle, et cette dénomination ne couvrait pas seulement la côte de Malaga comme aujourd’hui, mais toute la côte andalouse.

À cette époque, sur la côte de Malaga, seule la capitale de la province avait quelque chose de ce que nous appelons aujourd’hui le tourisme, mais Almuñécar recevait déjà des touristes et des visiteurs depuis un siècle.

Sur l’impact du tourisme sur l’économie :

Quant à l’impact sur l’économie de la municipalité, le tourisme est aujourd’hui la base de son économie, cependant, jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’économie d’Almuñécar et de La Herradura reposait principalement sur l’agriculture et la pêche, jusqu’à l’ouverture de la sucrerie. Évidemment, au fil du temps, tout a évolué, et la pêche n’est plus qu’une petite redoute, le tourisme étant le principal moteur économique d’Almuñécar et de La Herradura.

Mais il ne faut pas oublier qu’en 1901, Almuñécar disposait déjà de l’électricité et qu’il y a même eu une tentative d’amener le train, mais ce projet a fini par échouer.

Alors, n’attendez pas d’en entendre parler, découvrez Almuñécar grâce au meilleur expert, Nicolás Antonio Fernández, à l’aide de son livre Almuñécar y su turismo de antaño et bien sûr en visitant la ville.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *