LOADING

Type to search

Histoire d’Almuñécar

Castillo San Miguel de Almuñécar
Palais La Najarra
Acueducto Romano de Almuñécar
Plaza de Abderramán I

Découvrez l'histoire d'Almuñécar

Les Romains

Après la fondation de la ville et le séjour des Phéniciens dans celle-ci, ceux-ci sont entrés en conflit avec un autre des grands peuples de la Méditerranée de l’époque, Carthage. L’hégémonie des Carthaginois n’a pas duré longtemps, car l’Empire romain allait bientôt imposer son statut à tout ce qui se trouvait dans la Mare Nostrum, et donc aussi à la ville de Ségovie. Et après la deuxième guerre punique, la ville a été conquise par Rome à la fin du IIIe siècle avant J.-C. Et vers l’an 49 avant J.-C., elle a été rebaptisée Firmum Iulium Sexi, pour le soutien apporté à Gaius Jules César dans la bataille de Munda contre Pompée, dans le cadre de la guerre civile qui se déroulait alors dans l’Empire romain.

C’est pourquoi Discover Almuñecar présente à cette occasion la marque laissée par l’Empire romain à Almuñecar car, même s’il est clair que la culture qui a le plus contribué à l’histoire de cette ville a été celle des musulmans tout au long du Moyen Âge, nous ne pouvons pas ignorer l’impact important que la romanisation a eu sur toute la péninsule ibérique et donc aussi sur l’actuelle Costa del Sol Tropicale, et plus précisément à Almuñecar et La Herradura.

Lorsque les Romains sont arrivés à Sexi à la fin du IIIe siècle avant J.-C., ils ont découvert une ville importante sur les rives de la Mare Nostrum (Méditerranée), parfaitement structurée et dont l’économie était basée sur la production et l’exportation de poisson salé ; outre la production du garum, très prisé, Sexi avait à l’époque sa propre monnaie. Malgré cela, les Romains ont construit des théâtres, des temples dédiés à leurs dieux et un aqueduc qui est encore partiellement conservé et utilisé.

En outre, l’usine phénicienne de salaison de poisson a augmenté sa production avec l’arrivée de ce nouveau peuple, car le garum était très convoité par les palais les plus exigeants des patriciens et des empereurs romains, c’est pourquoi l’usine et son produit vedette ont connu une grande splendeur. C’était également un arôme essentiel dans la cuisine de tous les coins de l’Empire, du Finistère à Alexandrie.

Le garum ou garo, un mot dérivé du grec « garon », était une sauce de poisson faite à partir des entrailles fermentées de ces animaux. Dans la Rome antique, il était principalement utilisé pour assaisonner un grand nombre d’aliments, comme nous l’avons déjà mentionné, mais il était également utilisé en médecine, en cosmétique et même comme aphrodisiaque. Le garum pourrait être comparé à la manière dont la sauce soja est utilisée aujourd’hui dans la cuisine asiatique.

Aujourd’hui, dans le Parque del Majuelo, on peut voir une partie des vestiges de l’usine de salage du poisson, qui a donné tant de prestige à la ville en son temps. Ces vestiges ont été trouvés et mis au jour lors de plusieurs fouilles réalisées dans les années 70 et 80 du 20e siècle.
Il convient également de mentionner l’apport de Rome, le système de routes, de ponts, d’aqueducs et même les fondements du système juridique, et bien sûr sa langue, le latin, qui, bien qu’étant aujourd’hui une langue morte, n’en est pas moins vrai que l’espagnol, qui est l’une des langues les plus parlées au monde (et toutes les autres langues dérivées du latin), nous lui sommes redevables.
Bien que, comme nous l’avons déjà mentionné, la culture qui a le plus marqué l’actuelle Almuñécar soit celle des musulmans au Moyen Âge, nous pouvons encore aujourd’hui nous délecter de certaines des œuvres que le peuple romain a laissées à la postérité dans la plus ancienne ville de la Méditerranée espagnole. Outre l’aqueduc de Torrecuevas et l’usine de salaison déjà mentionnés, nous pouvons profiter des columbariums de La Alabina et de la Torre Monje, ou de la Cueva de los Siete Palacios, qui abrite aujourd’hui le musée archéologique d’Almuñécar.

N’attendez pas qu’on vous le dise, visitez Almuñécar et La Herradura et découvrez chaque coin et chaque secret caché avec Discover Almuñécar.

Les Wisigoths

Bien que ce ne soit pas la période la plus splendide, et que l’héritage des Wisigoths ne soit pas aussi évident que celui d’autres peuples de l’Antiquité ou du Moyen Âge qui sont passés par ici, nous ne pouvons pas les laisser de côté, c’est pourquoi Discover Almuñécar vous montre l’héritage des Wisigoths à Almuñécar et La Herradura.

Après le déclin puis la chute de l’Empire romain à partir du Ve siècle de notre ère, différents peuples d’Europe du Nord, en particulier les Germains, ont progressé vers le sud. Parmi ces peuples, les Wisigoths sont arrivés en Hispanie romaine. Plus précisément, vers l’an 456, ils se sont imposés comme la puissance dominante et se sont répandus dans toute la péninsule ibérique. Bien qu’avec la longue liste des rois wisigoths (Alaric, Ataulf, Recaredo, Chindasvinto, Recesvinto, Leovigild, et bien d’autres), ils ont tous gardé l’héritage romain bien vivant, adoptant ses institutions, sa culture et sa langue en général. Il est vrai, cependant, que l’économie a fini par s’effondrer et, plus précisément à Almuñécar, l’industrie de la salaison et la production de garum ont connu un déclin rapide.

D’autre part, les évêques catholiques ont été de puissants rivaux des rois pendant les deux siècles de domination wisigothique.

Le seul vestige du passage des Wisigoths sur la Costa del Sol Tropical est La Bóveda Visigoda de Jate (la voûte wisigothique de Jate). Il est camouflé parmi quelques bâtiments agricoles sur l’une des routes menant à Peña Escrita. On le confond avec un bâtiment arabe, mais il est daté entre les VIe et VIIIe siècles de notre ère, bien qu’au Moyen Âge et sous la domination musulmane, ce bâtiment ait servi de pharmacie.

Ce bâtiment a été acheté à plusieurs reprises par la mairie d’Almuñécar pour être restauré, car il présente actuellement un aspect quelque peu négligé, ce qui lui confère un caractère encore plus mystique. Il est situé dans une vallée proche de la source de la rivière Jate, tout près de la ville de La Herradura.

Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire avec une voûte en demi-berceau, mesurant environ douze mètres de long sur dix mètres de large. Elle est entourée de plusieurs contreforts pour en soutenir le poids, le tout dans le style byzantin typique des 5e au 7e siècles.

Comme nous l’avons déjà mentionné, on pense qu’à l’époque arabe, il servait de dispensaire pour les médicaments et les plantes médicinales. Il a également été utilisé comme maison de campagne. Il est actuellement dans un état d’abandon malgré les tentatives de la mairie pour l’acquérir et le restaurer et son utilisation est presque exclusivement destinée au bétail ou comme étable.

Néanmoins, depuis Discover Almuñécar, nous vous encourageons à faire l’excursion à la source de la rivière Jate et à découvrir cette merveille architecturale wisigothique.

Moyen Âge

Bien que la ville ait une longue histoire qui a commencé 1 500 ans avant Jésus-Christ, le Moyen Âge est sans aucun doute la période qui a le plus marqué la ville, c’est pourquoi Descubre Almuñecar présente dans ce billet l’histoire d’Almuñecar au Moyen Âge.

L’arrivée des musulmans en l’an 711 dans la péninsule ibérique est un événement clé dans l’histoire de toute l’Espagne, et plus précisément à Almuñécar. Durant l’été 755, le prince omeyyade Abderramán Ier débarqua sur ses côtes en provenance de la capitale syrienne (Damas), qui possède un grand monument et une place qui lui sont dédiés à côté des Peñones del Santo, Le château est situé au pied du château principal de la ville de Sexitana, le château de San Miguel, dont nous recommandons la visite à tous les visiteurs car il est parfaitement conservé. De là, nous avons une vue imprenable sur toute la côte de Grenade et il abrite également un musée à l’intérieur.

Abderramán Ier, après avoir débarqué à Almuñécar, a fondé l’année suivante l’émirat indépendant de Cordoue, l’un des personnages les plus importants du Moyen Âge dans la péninsule ibérique.

C’est également à cette époque que la ville de Sexitana change de nom pour prendre son nom actuel d’Almuñécar, dérivé de l’arabe bien sûr, حصن المنكّر (ḥiṣn al-Munakkar), qui signifie  » forteresse flanquée ou entourée (de montagnes) « .

Pendant les huit siècles de domination musulmane d’Almuñécar, jusqu’en 1489, date à laquelle les Rois Catholiques ont reconquis la ville, la plus ancienne ville de la Méditerranée espagnole a appartenu à la cora d’Elvira, ce qui en faisait le point le plus fort de la côte. Dès le XIe siècle, on parle de la ville d’Almuñécar comme d’un important centre stratégique, militaire et économique, car la ville produisait des bananes, des sultanines, de la canne à sucre et des céréales, grâce à son microclimat subtropical privilégié, ainsi que toutes sortes de fruits, et aussi comme un port de pêche exceptionnel à cette époque. En conséquence, la ville offrait toutes sortes de services, et possédait une mosquée principale, des marchés, des quartiers hors des murs, des banlieues et un important port de pêche.

Plus tard, Almuñécar s’est consolidée comme la ville la plus importante de la côte du Royaume de Grenade, lorsque Al-Andalus (connu sous le nom d’Al-Andalus, tout le territoire de la péninsule ibérique dominé par les musulmans) a été divisé en royaumes de Taifas, faisant partie de ce qui deviendra plus tard le dernier bastion musulman de la péninsule ibérique, le Royaume nasride de Grenade.

Tout le vieux quartier d’Almuñécar est également un patrimoine musulman, qui conserve son tracé urbain avec des rues transversales étroites en un réseau complexe, des sols pavés et des maisons blanchies à la chaux d’un ou deux étages, ce qui lui donne un aspect caractéristique et typiquement andalou. Il a été déclaré Bien d’intérêt culturel, autour de la forteresse de San Miguel. Dans ce quartier, les visiteurs pourront se délecter de patios fleuris et de coins inoubliables.

On trouve également plusieurs tours de guet datant de l’époque médiévale qui ont servi tout au long de l’histoire à créer un réseau de communication entre les forteresses et à repousser les attaques des pirates barbaresques.

Mais ce n’est pas tout, car à plusieurs reprises au cours de ces dernières années, des vestiges archéologiques, médiévaux et d’autres époques, ont été découverts dans le cadre de diverses excavations pour des travaux publics et privés, comme ce fut le cas en avril 2021, lorsque des vestiges archéologiques du XVe siècle ont été découverts lors du conditionnement d’un local commercial de la bijouterie Torres sur la place de la Constitución à Sexitana.

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres surprises que vous découvrirez en venant, Descubre Almuñécar vous conseille de faire une visite tranquille d’Almuñécar et de La Herradura, pour vous plonger dans l’histoire médiévale de la ville et vous sentir comme un véritable émir au XXIe siècle.

L’époque moderne d’Almuñécar, XVIe siècle

Almuñécar a été reconquise par les Rois Catholiques en 1489, un peu plus de deux ans avant la chute définitive de la ville de Grenade, capitale du Royaume du même nom, qui était le dernier bastion musulman de la péninsule ibérique. Cela a marqué la fin de la période la plus splendide de l’histoire de la ville.

C’est pourquoi aujourd’hui Descubre Almuñécar présente à ses lecteurs et aux visiteurs d’Almuñécar et de La Herradura, l’Almuñécar chrétien du XVIe siècle.

En effet, au cours de ce siècle, la ville d’Almuñécar et de La Herradura a laissé derrière elle le Moyen Âge pour se plonger pleinement dans l’ère moderne, Almuñécar et La Herradura continuant d’être un point fort et stratégique depuis lequel la nouvelle administration chrétienne-castillane projetait son action sur le reste de l’ancien royaume de Grenade.

L’entrée dans Grenade des Rois Catholiques fut finalement un événement pacifique, après plus de dix ans de siège, car le dernier roi musulman, Boabdlil, se rendit à la ville sans effusion de sang.

Cela a apporté quelques années de paix à l’ensemble de l’ancien royaume nasride, mais la paix a été de courte durée car, en 1568, dans la région de l’Alpujarra, très proche de la côte de Grenade, d’Almuñécar et de La Herradura, a eu lieu ce que l’on appelle la rébellion maure contre la Pragmatique Sanction de 1567, qui a entraîné le soulèvement de toute la population musulmane qui vivait encore dans l’actuelle province de Grenade et dans une partie de Malaga et d’Almeria.

Celle-ci a été réprimée militairement par Don Juan de Austria après plusieurs années de combats et d’escarmouches militaires.

La conséquence immédiate a été l’expulsion et la déportation de toute la communauté maure qui restait encore dans la région, ce qui a entraîné un vide démographique qui a mis de nombreuses années à se résorber.

Mais le triomphe des chrétiens marque également le début de l’État espagnol et de nombreux voyages, découvertes et un nouvel air de modernité dans l’art et l’économie de la ville de Sexta.

L’économie d’Almuñécar reposait principalement sur l’agriculture, notamment la culture de la canne à sucre, et s’est progressivement orientée, tout au long du XVIe siècle, vers le secteur tertiaire avec le commerce maritime.

En outre, son héritage monumental sera renforcé avec le début du nouveau gouvernement chrétien par la construction de l’un de ses symboles actuels, l’église de l’Incarnation.

D’importants architectes et artistes de la Renaissance sont arrivés dans la ville au cours du XVIe siècle et ont activement contribué à sa construction. Ce temple chrétien a été conçu par Juan de Herrera et construit par Ambrosio de Vico avec une tour élancée terminée par une flèche de Diego de Siloé.

Après l’achèvement de sa construction en 1600, il s’agit de la première œuvre architecturale proto-baroque en Espagne.

À Almuñécar, nous trouvons également un autre monument important et symbole de la plus ancienne ville de la Méditerranée espagnole, le Pilar de la Calle Real, qui est un ensemble sculptural construit sur un ancien canal romain.

Par la suite, sous le règne de Charles Ier, l’ancien château arabe a été remodelé et placé sous le patronage de l’archange Saint-Michel, qui est son nom actuel, et a également fait l’objet d’importants travaux de construction, puisque, sur ordre de ce roi, une série de tours ont été érigées et un fossé a été creusé autour de lui.

Il convient également de mentionner que c’est dans la baie de La Herradura, au milieu du XVIe siècle, qu’a eu lieu le tragique naufrage de l’Armada espagnole, plus précisément le 19 octobre 1562, lorsque 28 navires commandés par Don Juan de Mendoza, transportant des provisions et de nombreuses familles de soldats stationnés à Oran, ont été pris dans une forte tempête qui a fait s’écraser les galères contre les récifs et les gorges environnants, provoquant leur naufrage et la mort de quelque cinq mille personnes.

Un monument a été érigé en sa mémoire, qui se trouve aujourd’hui à l’entrée de La Herradura, sur le Paseo Andrés Segovia.