LOADING

Type to search

Palais La Najarra

Share

Bâtiment construit au XIXe siècle, dans le style appelé « néo-Alhambrismo », il est l’une des références architecturales de la commune. À l’origine, il s’agissait d’une maison privée située à côté d’une usine de sucre, mais depuis les années 1980, il abrite les bureaux du conseil du tourisme d’Almuñécar ainsi que le principal office du tourisme de la ville.

Autour du bâtiment se trouvent un beau jardin, une maison miniature et une collection de fossiles.

Le Palacete de la Najarra est un lieu à ne pas manquer lors de votre visite à Almuñécar.

Il s’agit d’un bâtiment de style néo-arabe historiciste, qui a été construit au XIXe siècle sur le site d’une maison mauresque. Il a été commandé par la propriétaire du terrain, Doña Encarnación Márquez y González de Mendoza Merchante, à Don José Rubio Osorio, qui a engagé pour les travaux des maçons et des artisans marocains, venus de la ville même de Tetuan.

Il s’agit actuellement du Centre d’information touristique, et c’est également le lieu où se déroulent les événements institutionnels publics. En outre, des expositions, des concerts et un grand nombre d’activités culturelles sont organisés dans ses jardins.

Au premier abord, il peut passer inaperçu car le mur qui l’entoure ne laisse pas présager la majesté que l’on peut trouver à l’intérieur.

Mais il s’agit d’un palais majestueux qui était autrefois situé à la périphérie de la ville, à côté d’une usine de sucre, à quelques mètres de la plage de San Cristóbal et à côté du parc Majuelo, il a été construit sur une ancienne maison arabe.

À l’origine, le bâtiment avait donc un caractère suburbain, niché au milieu des vergers. Aujourd’hui, cependant, avec la croissance urbaine, il se trouve en plein centre de la ville.

L’entrée du complexe se trouve d’un côté, entourée d’une clôture, suite à l’ouverture de l’Avenida de Europa, et une fois que vous entrez dans le complexe, la première chose qui vous frappe est un beau jardin de style andalou, avec une fontaine de style arabe en plein centre.

En outre, dans ce jardin, il y a une grande variété de plantes différentes telles que : nèfles, pucerons, sapotiers, palmiers, ficus, trompettes d’ange, et une longue etc…..

Dans le jardin il y a aussi une série de tables et différents éléments sculpturaux faits avec des fossiles et une petite maison andalouse à deux étages, très curieuse, car elle est faite à l’échelle, en fait, la maison a été construite en 1939 pour que les enfants puissent jouer, tout est réduit en taille. Vous pouvez même la visiter en demandant une clé. C’est comme la maison d’un hobbit.

Et puis nous arrivons au bâtiment principal, le palais lui-même, dont la façade principale est orientée vers le jardin, qui est une construction rectangulaire à deux étages.

Ici, nous trouvons une grande ouverture d’entrée centrale avec un arc en fer à cheval, au-dessus duquel il y a un belvédère. Dans tout son intérieur et ses finitions, il y a un certain air qui rappelle l’Alhambra et le Generalife de Grenade, le monument le plus visité d’Espagne, c’est pourquoi on dit aussi que le Palacete de la Najarra est de style « néo-alhambrisme ».

Le bâtiment principal est flanqué de deux corps plus élevés, avec un toit en croupe, qui simulent des tours. L’ensemble présente également un grand nombre de fenêtres jumelées, décorées d’alfices, et des plinthes avec des carreaux de différentes couleurs. Les murs intérieurs sont décorés de fresques, de muqarnas et de carreaux nasrides.

Tous ces éléments créent une sensation d’espace en terrasse à l’arrière, en retrait entre les deux volumes latéraux, qui ont également un certain aspect de tour, bien que plus bas.

Pour toutes ces raisons, nous invitons tous les visiteurs d’Almuñécar à découvrir le Palacete de la Najarra, la petite maison des petits et le jardin où l’on peut se promener parmi une infinité de plantes tropicales, car c’est l’une des meilleures expériences que vous vivrez dès votre arrivée à l’Office du tourisme d’Almuñécar.

palacete-la-najarra-3

Comment se rendre au Palacete la Najarra ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *